Blog

You Are Here: Home / Blog

L’hydroélectricité, première source d’énergie renouvelable en France

Categories: Tags:

Bien comprendre l’hydroélectricité

L’énergie hydraulique fonctionne avec le cycle de l’eau. Elle est la plus importante source d’énergie renouvelable.

C’est à la fin du 19e siècle qu’on a vu naître l’hydroélectricité. La première grande installation d’hydroélectrique a été mise en place vers le 20e siècle en France.

L’hydroélectricité ou énergie électrique se forme à partir de flux d’eau généré par une rivière, un fleuve, un lac ou encore une chute d’eau. C’est à partir du mouvement de l’eau que l’on tire l’électricité soit en partant d’un pic jusqu’à un point plus bas, soit en exploitant ses mouvements bruts. Essentiellement, l’hydroélectricité comporte une vague importante d’eau et d’une installation de production.

L’hydroélectricité se présente également sous différentes formes de centrales hydrauliques où la turbine est un élément essentiel. La turbine est la machine qui transforme le flux d’eau en électricité. C’est en fonction de la hauteur du pic, point de départ d’une chute, qu’on adapte le type de turbine à utiliser. Il existe plusieurs formes de centrales hydrauliques.

En premier lieu, il existe les centrales hydroélectriques qui n’ont pas la capacité de retenir une grande quantité d’eau. Une technique qui semble être efficace puisqu’elle représente presque la moitié de la production hydraulique que la France utilise tout le long de l’année.

Pour la France, la plus grande centrale hydroélectrique est actuellement en cours de construction. Implantée en Isère, à proximité des Alpes, la future centrale sera implantée à flanc de montagne et pourra remplacer jusqu’à cinq barrages. Elle sera mise en service en 2020. Ce gros chantier plus grand qu’un immeuble de 5 étages est situé dans la vallée de la Romanche et aura un double intérêt puisqu’il produira de façon plus importante de l’électricité et cela de façon plus écologique.

            

 

En second lieu, les barrages, qui produisent de l’électricité par le biais d’un réservoir d’eau. Cette pratique occupe un tiers de l’installation hydraulique en France. Ces barrages sont utilisés essentiellement par les agriculteurs qui ont un besoin important en réserves d’eau afin d’irriguer leurs cultures. La construction de barrages continue toujours en France avec le développement des énergies renouvelables qui devient de plus en plus important.

Ensuite, les centrales éclusées qui permettent de stocker l’eau au jour le jour et/ou de semaine en semaine. Elle nécessite une quantité moyenne d’eau.

Par la suite, il y a aussi les centrales de pompage-turbinage. Celle-ci n’est fonctionnelle qu’en période de pointe de consommation.

Enfin, la pico hydroélectricité. C’est tout récent et il a pour principe d’équiper de microturbines toutes les canalisations d’eau potable et, en se servant de la gravité, celui-ci produira de l’énergie. Les centrales hydroélectriques sont classées suivant leur puissance. La Pico hydroélectricité est parmi ceux qui ont une puissance moins de 20 KW. Cette dernière est constituée de plusieurs éléments tels qu’un barrage hydroélectrique ou une retenue d’eau, un canal d’amenée, une passe à poisson, une prise d’eau et un canal de fuite. Elle est également composée d’un équipement électromécanique qui comporte un générateur, un système de régulation, un système de transformation, un turbo-alternateur ou une turbine hydraulique.

L’hydroélectricité présente plusieurs avantages puisque c’est la seule énergie modulable et renouvelable. Et étant donné qu’elle est renouvelable, elle apporte une stabilité du système électrique en stockant de l’énergie qui permet de moduler la production électrique pour une meilleure optimisation de la distribution. D’ailleurs, l’hydroélectricité est une source d’énergie bio qui ne répand pas directement des gaz toxiques polluant l’atmosphère. Elle permet donc de la préserver en ces temps où la réduction d’émission de CO2 est primordiale.

L’importance de hydroélectricité en France

La France occupe la 2 eme place au niveau européen en production d’hydroélectricité juste derrière la Norvège. Rappelons tout de même que l’hydroélectricité est la 1ere source d’électricité renouvelable en France.

Les 3 plus grandes régions hydroélectriques de France :

  • Région Auvergne-Rhône-Alpes avec une puissance installée de 11 602 MW (30,9% de la consommation)
  • Région Occitanie avec une puissance installée de 5 395 MW   (21,6 % de la consommation)
  • Région PACA avec une puissance installée de 3 260 MW  (20,4% de la consommation).

 

La puissance totale des installations est de 25,5 GW en France continentale fin 2017 avec 2500 installations, soit 12,5 % du mix énergétique Français. Au niveau Européen, c’est 17 % de l’électricité totale, ce qui en fait la première des énergies renouvelables en Europe et la troisième source de production d’électricité. Et 16 % de la production électrique mondiale, ce qui constitue la troisième source de production électrique mondiale.

L’autoconsommation une nouvelle tendance énergétique qui s’impose comme un standard!

Categories: Tags:

L’autoconsommation, une tendance de fond !

Selon un sondage de QUALIT’ENR d’opinion way, 79 % des Français souhaite s’équiper de panneaux photovoltaïque leur permettant de produire de l’électricité pour la consommer directement et 82% d’entre eux pensent que les energies renouvelables favorisent l’indépendance énergétique. Depuis 2007, il est légal de consommer sa propre électricité.

Cette idée un peu folle à l’époque est désormais bien réelle ! Cette tendance de consommation s’appelle « AUTOCONSOMMATION ». En effet, l’autoconsommation d’électricité solaire est un phénomène de société qui est impossible à ignorer aujourd’hui.

 

Mais c’est quoi l’autoconsommation

C’est le fait de devenir soit même le producteur de sa propre électricité. Cela reste un investissement mais c’est en agissant maintenant que vous ne subirez plus les hausses futures de l’électricité. De plus, vous valorisez votre habitation en lui donnant une plus value non négligeable. Car suite à une étude réalisée sur la revente d’un bien immobilier qui possède un diagnostic énergétique de meilleur notation qu’un autre, le bien se vendra plus rapidement et aussi plus cher. De plus, nous avons tous entendu parler des malus énergétique sur les voitures existant, le ministre actuel de l’environnement se garde le droit d’en appliquer un spécifique pour les biens immobiliers. 90% des acquéreurs d’un bien immobilier estiment que la performance énergétique est un critère de choix important !

Une tendance bien présente dans les projets de transition énergétique des ménages français

Fin juin 2017, la France comptait environ 14 000 auto consommateurs. Soit, selon la CRE, seulement 0,04 % des 37 millions de clients raccordés aux réseaux publics de distribution d’électricité et 4 % des 350000 installations de production, mais en forte progression ces derniers mois. Le nombre a ainsi été multiplié par trois en un an et tout porte à croire que cette tendance devrait encore s’accentuer en 2017 et 2018.

Près de la moitié des nouvelles demandes de raccordement de production aux réseaux de distribution affiche en outre une partie en autoconsommation. Les progrès technologiques favorisent l’essor de l’autoconsommation. C’est grâce aux micro-réseaux intelligents, appelées aussi mini Smart grids ou microgrids, que l’on voit déjà le développement des nouveaux systèmes de contrôle-commande ou d’automatisme, les dispositifs de stockage et autres compteurs évolués.

L’autoconsommation pose de nouvelle question

Pour la CRE, l’autoproduction et l’autoconsommation a et va avoir un fort impact à la fois technique et économique, et son développement nécessite une adaptation du cadre fiscal de l’électricité, ainsi que des diverses taxes et contributions (TURPE, CSPE, taxes locales, exonérations, etc). C’est face à l’ampleur de ce phénomène que la CRE a lancé une concertation sur l’autoconsommation afin de garantir que l’autoconsommation se développe dans un cadre stable, durable, au bénéfice des consommateurs finals concernés comme de la collectivité.

L’autoconsommation pour demain mais pourquoi ?

Aujourd’hui, penser que la production d’énergie à partir des panneaux se fera toujours après plusieurs décennies de production, n’est plus une idée insensée, c’est déjà le cas des tous premiers panneaux installés. De plus, les dernières technologies augmentent chaque année un peu plus la durée de production d’un panneau et donc sa rentabilité. Ce nouveau système énergétique rentre tout à fait dans le projet de transition énergétique des foyers français. Avec un autre atout qui est de diminuer fortement l’empreinte carbone des foyers.

Bien entendu, n’oublions pas la partie financière puisque le prix de l’électricité n’a pas fini d’augmenter et notamment avec l’apparition des centrales nucléaires de 2eme génération de type Flamanville. Le prix du Kwh pourrait dépasser les 100 €, soit près de 2 fois celui des centrales actuelles.

Vous comprendrez alors pourquoi il va devenir intéressant de se tourner rapidement sur l’autoconsommation.

Monsieur Girard du 83

Categories:

J’ai pu procéder sans problème à ma déclaration d’impôts par voie électronique, grâce à vos conseils.
Soyez remercier de votre compétence et de votre écoute de vos clients.

Serge G. du 13

Categories:

Une entreprise qui prend soin de ses clients, cela vaut de l’or à l’époque actuelle! Merci encore de votre amabilité et de votre professionnalisme…

C. et P. du 59

Categories:

Nous sommes très satisfait de notre installation de panneaux photogénérateurs. Nous ne regrettons pas notre décision pour l’acquisition de ce système d’avenir!

Yves B. du 10

Categories:

Nous sommes très satisfait des panneaux et de la production, l’accompagnement de la société domuneo est très bien. Ils répondent à toutes nos questions. Le personnel est très sympathique. Nous avons visité une maison pas loin de chez nous déjà équipée du système domuneo. Ils étaient eux aussi très satisfaits, ce qui nous à donné envie de faire cette démarche. Nous avons pu constater très rapidement les résultats sur la consommation.

Jean C. du 83

Categories:

Je ne peux que remercier tous les intervenants par leur sérieux professionnel et leurs dispositions et de poursuivre votre travail dans l’esprit qui vous anime pour satisfaire vos clients.

La France pas si bon élève que cela sur les énergies renouvelables selon l’OCDE!

Categories: Tags:

L’OCDE vient tout juste de rendre le rapport environnemental de la France après un examen approfondi. Il fait ressortir l’évolution des performances environnementales de la France à comparer du dernier rapport datant de 2005.

Ainsi, les performances environnementales sur les émissions de gaz à effet de serre, des principaux polluants atmosphériques et les prélèvements d’eau douce sont en nette amélioration. Les énergies renouvelables commencent à prendre de l’essor mais pas encore à la hauteur des ambitions de la France. Cependant, il reste à faire de très gros efforts pour réduire la pollution par les nitrates et les pesticides et à améliorer la qualité de l’air.

En retard sur ses objectifs de développement des énergies renouvelables, l’OCDE juge les engagements énergétiques difficilement atteignables à leurs échéances et spécifiquement celle de 2020. La secrétaire générale de l’OCDE insiste sur le fait que la France doit fixer les trajectoires de développement des différentes énergies pour donner de la visibilité de long terme aux investisseurs.

Notamment, l’OCDE relève que les énergies renouvelables représentent seulement 14,6% de la consommation finale brute d’énergie alors que l’objectif 2020 est de 23% ! Et pour y parvenir, les efforts accomplis depuis 2005 devront être triplés pour l’électricité renouvelable, et quadruplés pour la chaleur renouvelable, entre 2014 et 2020. Pour expliquer ce retard, l’OCDE pointe du doigt l’instabilité des mesures de soutien, combinée à la complexité des autorisations administratives. Mais avec le plan pluriannuel de l’énergie (PPE), l’OCDE espère que les orientations fixées rassureront les investisseurs : La programmation pluriannuelle de l’énergie, qui va définir les orientations de l’action publique sur la maîtrise de la demande, l’optimisation des infrastructures et les interactions entre vecteurs énergétiques, devrait améliorer la visibilité des investisseurs.

france-energie-verte

 

L’économie française est certes l’une des plus propres en matière de rejet de CO2 en Europe grâce à la partie nucléaire intégré à son mix énergétique. Cependant, le parc nucléaire Français est vieillissant. N’oublions pas que l’âge moyen du parc nucléaire est de plus de 30 ans sur une durée d’exploitation estimée à 40 ans. La question du coût du retraitement des déchets nucléaires doit être sérieusement prise en compte. Car de nombreuses centrales viendront s’ajouter aux premières centrales arrêtées. Pour rappel, la France compte 58 réacteurs en activité et pas loin de 1100 sites renfermant des déchets nucléaires. Un vaste chantier quad on connait les durées de radioactivité des matières nucléaires. Des coûts énormes seront certainement à prévoir d’ici peu pour le retraitement des déchets.